Un roman difficile mais doux à la fois – Chronique !

Hey !

On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article et plus précisément une nouvelle chronique (comme c’est la coutume le vendredi). On s’attaque aujourd’hui à un roman que j’ai terminé il y a un petit moment, avant les examens pour être honnête, mais je ne trouve le temps de faire ma chronique que maintenant, le livre mis à l’honneur aujourd’hui est donc La Nostalgie de l’Ange d’Alice Sebold !

la-nostalgie-de-l-ange-5749-264-432

Auteur : Alice Sebold
 Edition : Nil
 Année de parution : 2003
Nombre de pages : 351 pages
 Public : Adulte

Résumé :

« Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie.
Assassinée à l’âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973.  » Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n’est pas Mr. Botte qui m’a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C’est bien ça le problème. On n’est jamais sûr de rien…
C’est un voisin qui m’a tuée.  » Susie est au Ciel, et pourtant son aventure ne fait que commencer… »

Qu’en ai-je pensé ?

J’ai lu ce roman après avoir vu son adaptation, Lovely Bones réalisé par Peter Jackson, (que j’avais d’ailleurs beaucoup aimé) et c’est ma mère qui m’a conseillé de le lire puisqu’elle-même l’avait beaucoup apprécié.
J’ai ressenti une sensation vraiment particulière en lisant cette histoire, même si je la connaissais déjà, je crois que cette redécouverte m’a encore plus marquée que le jour où j’ai vu le film pour la première fois.
Dès le premier chapitre on entre dans une violence certaine, on est directement confronté au viol et à l’assassinat de Susie, cette scène est d’ailleurs assez détaillée ce qui donne un sentiment de bon gros malaise, il a fallu que je prenne assez de recul pour réussir à lire ce passage sans avoir envie de fracasser le bouquin. Malgré un début difficile, une certaine douceur s’installe grâce au personnage de Susie et son approche du monde suite à sa mort mais également grâce aux différentes réactions de son entourage. Ces réactions étaient d’ailleurs très intéressantes puisqu’elles traduisent les différents caractères des personnages. L’auteur, à travers sa multitude de personnages, nous offre toute les étapes du deuil, on part du déni et de l’incompréhension, pour passer ensuite à la colère et la fuite devant une telle situation pour finalement atteindre la sérénité et la paix.
Le chemin de Susie est tout aussi intéressant puisqu’elle essaie d’atteindre un certain calme, une certaine plénitude mais elle n’arrive pas à quitter le monde des vivants pour enfin être en paix, réaction que nous aurions tous à sa place à mon avis (et que j’ai retrouvé plus tard dans un autre roman, Une vie ailleurs de Gabrielle Zevin), ses questions sur la vie et surtout sur sa mort m’ont beaucoup touchée.
Seul reproche que je peux faire, j’ai trouvé que le roman s’étirait un peu sur la longueur, certains passages prenaient plus de temps qu’il ne le fallait je pense, notamment quand la soeur de Susie, Lindsay, grandit. Certains chapitres lui étant dédiée avaient tendance à me gaver, j’avoue.

En bref, ce livre pour moi c’est …

Une chouette (re)découverte, j’ai trouvé le roman peut être plus violent et plus dur que le film, ce qui a rendu les moments doux encore plus doux et touchants. Je suis vraiment impressionnée par ce mélange de violence et de douceur qui laisse une sensation étrange, on est partagé entre la sérénité et la tristesse au vu dans évènements de l’histoire. Ce fut une lecture sympathique, je suis juste un peu déçue parce que je m’attendais à un coup de coeur mais ce ne fut pas le cas.

IMG_2743

« Presque que tout le monde, au ciel, a quelqu’un sur terre à observer, un amour, un ami ou même un inconnu qui avait eu un jour la gentillesse d’offrir un repas chaud ou encore un radieux sourire… »

Voilà donc pour cette chronique, j’espère qu’elle vous aura plu, elle est assez courte mais j’ai un peu perdu l’habitude d’écrire des chroniques, ce qui peut expliquer ces petites lacunes. Quoi qu’il en soit, je vous recommande franchement cette lecture que j’ai beaucoup apprécié, je vous conseille également de visionner son adaptation que j’ai trouvé assez chouette !
Qui d’entre vous a lu La nostalgie de l’Ange ? Qui a vu son adaptation ? Vous en avez pensé quoi ? Dites moi tout !
En attendant vos retours, je vous souhaite une bonne journée/soirée/nuit, de belles lectures et prenez soin de vous, on se retrouve la semaine prochaine pour de nouvelles aventures !

Des Schmoutz ! Challenge

Publicités

3 réflexions sur “Un roman difficile mais doux à la fois – Chronique !

  1. Je me souviens avoir entendu parler de Lovely Bones bien que je ne l’ai jamais vu !
    Du coup je lirais peut être le livre avant de regarder son adaptation !
    J’aime beaucoup la traduction française du titre ! =)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s